Passer son conduire de conduire, il faut être motivé mais c'est possible !

Pour passer mon permis de conduire, cela  a été le parcours du combattant ! Heureusement que j’ai été bien informé par l’ergothérapeute du centre de formation de l’APF dans lequel je préparais mon bac.

Quand on est en situation de handicap, il faut d’abord une autorisation de la Préfecture, puis il faut passer le code avant de suivre des cours de conduite dans une autoécole disposant d'un véhicule adapté.

Une fois le permis réussi, il faut faire aménager un véhicule.

 

La MDPH accorde des aides financière pour financer le surcoût lié au handicap. Cela concerne les heures de cours et l'aménagement du véhicule.


Voici mon expérience.

Suite de la note

1) Autorisation par le médecin.

On doit d'abord déposer un dossier à la Préfecture. On est reçu par un médecin de la Préfecture qui juge de notre aptitude à conduire.  Il m'a dit d'aller voir un neurologue. Il a été d’abord sceptique sur mes possibilités de conduire. J’ai insisté et il m’a alors demandé d’effectuer une heure d'essai avec un moniteur spécialisé handi-conduite et l’ergothérapeute qui me connait bien. L’heure d’essai s’est bien passée et le moniteur et l’ergothérapeute ont fait un rapport au neurologue. Le neurologue l’a transmis au médecin de la Préfecture qui a donné son accord.

Aujourd’hui la visite se fait par un médecin agréé. Il n’y a plus de médecin à la Préfecture.



2) Le code.

A l’époque j'allais à la fac, j'avais des cours tous les jours, j’avais du mal à le concilier avec les heures du code. J'y allais rarement. Quand j'ai changé de filière, j'ai pu  y aller tous les jours même le samedi matin. Après un mois et demi, j'ai eu mon code du premier coup. Pour le passage du code, il n’y a pas d’aménagement prévu lors de l’examen (temps supplémentaire ou adaptation technique pour répondre aux questions)

3) La conduite.

Pour passer la conduite, j’ai dû repasser une vite médicale auprès du médecin de la Préfecture car ma première autorisation n’était valable que pour un an. Il m’a alors donné une autorisation pour 3 ans.

J’ai dû aussi changer d’autoécole car l’école pour mon code n’avait pas de véhicule adapté et ne proposait pas d’handi-conduite. L’autoécole était loin de chez moi et je devais prendre un bus avec un temps de trajet de 30 à 40 minutes. Le bus était souvent en retard, mon moniteur me faisait la morale. En plus, on perdait 10 à 15 minutes pour installer mes adaptations. Ce temps était pris sur mon heure de cours de conduite. Mes 10 premières heures ont été difficiles. Je ne progressais pas bien. Mon moniteur m'a dit qu’il me faudrait peut-être 80h de conduite ! A 40 euros de l'heure c'est énorme ! Mes parents m'ont motivé à poursuivre les cours de conduite. Mes parents vivaient à l’époque en Ardèche et il fallait une voiture pour se déplacer. J'ai finalement eu mon permis après 24 heures de cours et du premier coup.

Normalement, avant l’examen, on doit passer un contrôle avec un inspecteur et le moniteur pour valider les aménagements du véhicule nécessaires pour la conduite. Ces aménagements sont marqués sur le permis de conduire. Pour moi, en raison de grève, ce contrôle n’a pu être fait que le jour de passage de mon examen. 

Il faut savoir que l'heure de handi-conduite est plus chère que l'heure normale (+15 € par heure de cours). J'ai pu obtenir le financement complet de ce surcoût par la MDPH dans le cadre de la PCH. Pour cela, j'ai déposé une demande d'aide financière à la MDPH une fois l’obtention du permis de conduire. J'ai demandé une facture du total des heures effectuées, et je l'ai envoyée à la MDPH.

 3) Aides à l’aménagement du véhicule.

Pour financer l’aménagement du véhicule, on doit faire une demande de PCH, fournir un devis et attendre l'accord. J’ai dû attendre au moins 6 mois.

On doit ensuite avancer les frais d’aménagement, et envoyer la facture acquittée à la MDPH. J’ai reçu l’aide financière 1 à 2 mois après avoir payé les travaux.

On a droit à une aide pour l’aménagement du véhicule tous les 5 ans.

Pour ma 2ème voiture, j’ai acheté une voiture d’occasion et je l’ai fait équiper sans attendre l’accord de la MDPH. Par conséquent, quand j’ai eu l’accord, j’ai redemandé une facture au garage pour qu’elle soit datée après la date de l’accord.

Les commentaires sont fermés.