15/03/2016

Un véritable « parcours du combattant » pour bénéficier d'un examen médical correct !

Je suis suivi au niveau médical par l’hôpital Henry Gabriel. Ceux-ci m’ont pris un rendez vous auprès d’un ophtalmologiste de l’Hôpital Lyon sud.
Auparavant, je me rendais au centre Kleber qui refuse désormais de me prendre en consultations car selon eux celles-ci demandent trop de temps.
Le 9 janvier 2016, je me suis rendu seul au rendez-vous. Une fois les formalités faites, j’ai rencontré le médecin qui en me voyant s’est demandé comment il allait faire. En effet, il m’a informé qu’ils ne faisaient pas les transferts puisqu’ils n’avaient pas d’aides soignants dans le service d’ophtalmologie. Je tiens à préciser que je ne m’étais pas fait accompagner d’une auxiliaire puisque c’était censé être prévu.
Un de ses collègues étant là, il lui a proposé de faire le transfert à deux ce à quoi le médecin a répondu qu’ils n’en avaient pas le droit.
Il a alors décidé de faire « un examen à l’ancienne » avec la lampe jaune puisqu’il apparaissait bien que j’avais des problèmes suite au test de lecture effectué avec mon ancienne paire de lunettes.
Il m’a rédigé une ordonnance avec laquelle je suis allé chez l’opticien qui ne m’a pas proposé de faire les tests habituels certainement par manque de matériel adéquat. 
J’ai testé deux paires de lunettes car il pensait qu’une seule progressive ne me conviendrait pas.
Ma mère m’a alors proposé de venir dans sa ville pour qu’elle puisse m’amener chez son opticien qui avait pour sa part le matériel qui convenait vis-à-vis du handicap. De plus, elle pouvait m’aider à faire le transfert.
Cet examen a permis de constater que j’avais deux dixièmes en moins par rapport à l’examen effectué « à l’ancienne « à l’hôpital Lyon Sud !
J’ai donc pu avoir des lunettes progressives adaptées à ma vue mais il aura fallu pour cela que je me rende dans une autre ville et que ma mère m’aide pour que je puisse avoir un examen fiable et juste.
 

Commentaires

Bonjour,

Avez-vs contesté le refus du Centre Kleber, par lettre ou auprès d'un comité d'usagers s'il existe? Et pour l'hôpital Lyon Sud, même question?
Que l'APF ou une autre assoc, publie un témoignage est une chose, pour ma part et depuis longtemps, je me suis toujours demandé si les assoc vont plus loin que reproduire les témoignages.

Écrit par : WW.Salens | 28/03/2016

Ma femme a vécu une expérience positive à la suite de verres cassés de sa monture de lunettes. Elle a pu obtenir un RV dans les 8 jours à la Clinique du Val d’Ouest et l’examen s’est fait dans de bonnes conditions : elle n’a pas eu à bouger de son fauteuil. Qu'on se le dise !

Écrit par : groupe veille accès aux droits | 05/04/2016

Je viens d’apprendre qu'un opticien à Lyon Confluences sollicite un orthoptiste pour faire les examens de mesure de la vue afin d'étudier les corrections nécessaires. Cet orthoptiste connait bien les réalités du handicap. Il assure les transferts jusqu'aux équipements spécialisés si nécessaire. Point Vision Lyon Montrochet 8, Rue Paul Montrochet - 69002 Lyon. Pour prendre RV : http://www.pointvisionlyon-montrochet.fr/

Écrit par : Willy | 10/05/2016

Concernant les témoignages en général, lorsque les membres d'associations rencontrent des responsables d'administrations ou de collectivités, ou autres, s'ils font état de critiques générales, non circonstanciées elles ne sont pas prises en compte. On nous demande de citer des cas précis.
D'autre part, susciter des témoignages incite les personnes en situation de handicap à préciser leurs critiques et à les partager, pour susciter des réponses, des exemples de cas similaires, des solutions ou même des contre-exemples.
Il faut noter aussi qu'il est quelquefois difficile d'obtenir des témoignages dans certains cas, en particulier dans les établissements, par peur de représailles...
La même difficulté se retrouve avec les questionnaires des CVS par exemple ( oui, les assocs sont aussi des adeptes des questionnaires ... ^^)

Dernier point, les témoignages sont aussi une des rares manières de s'exprimer pour ceux qui ne peuvent pas se faire entendre ( personnes avec Difficultés d'Elocution et de communication ).

Quant à l'efficacité des témoignages ainsi recueillis, il est souvent décourageant de voir que les effets ne sont pas immédiats, mais on compte sur l'effet accumulatif. Comme pour l'accessibilité universelle ...
Même une loi n'a pas résolu tous les problèmes mais la dynamique est en marche. Il faut entretenir la flamme ( et combattre la flemme ).

Concernant le cas de Lyon Sud, nous avons entrepris des démarches pour contacter le CRUQ-PC de Lyon Sud.
Pour la clinique Kleber (privée) cela semble plus difficile.
Nous incitons la personne à qui cette mésaventure est arrivée à faire suivre son témoignage au Défenseur de Droits.

Le groupe Accès aux Droits

Écrit par : Groupe Accès aux droits | 26/04/2016

Les commentaires sont fermés.