04/09/2012

Surcoût lié à l'embauche d'une auxiliaire de vie non compensé

"J'ai choisi d’utiliser le service mandataire d’un organisme d’aide à domicile. Cet organisme m’a mis en lien avec une auxiliaire de vie que j'ai embauchée en CDI. Il y a 2 ans, cette personne prend un congé parental. Pour la remplacer, l’organisme me met en lien avec une autre auxiliaire de vie que j'emploie en CDD (remplacement de 2 ans). Au terme des 2 ans, l’auxiliaire en CDI souhaite prolonger son congé parental et la personne en CDD arrête son contrat.
Je me retrouve à devoir payer d’ici 15 jours la prime de précarité à la personne en fin de CDD (soit 2500 euros). Je me suis adressé à la MDR-MDPH. Un médecin du service m'a dit qu’elle n’a jamais eu à étudier une telle situation mais qu’il n’y a aucune possibilité de bénéficier d’une prestation pour compenser ce type de frais supplémentaire. Je ne peux payer une telle somme. J'ai sollicité une assistante sociale pour avoir une aide financière exceptionnelle au titre de l'aide sociale et j'attends la réponse.  Si ce type de dépense n'est pas compensé par la MDPH, la liberté de choisir le service mandataire est une tromperie."

16:56 Publié dans Vie à domicile | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | Pin it! | | |

Commentaires

Les surcouts liés aux frais que vous évoquez (frais de « précarité » liés au « CDD ») sont malheureusement une réalité !! Le tarif PCH de la modalité du gré à gré (et du coup mandataire) ne couvrent pas ces frais !! Et l'APF n'a de cesse de réclamer la compensation de ces surcoûts et notre revendication est sans résultats à ce jour !

Donc Oui il y a des gros restes à charges pour les personnes surtout dans les cas de CDD de remplacement ! et la PCH pour «frais exceptionnels" n’est pas prévue pour couvrir ces restes à charge !

Écrit par : Sylvain | 04/09/2012

« La seule possibilité de prise en charge par la PCH serait dans le cadre des charges exceptionnelles. Aucune liste limitative n’est prévue. L’article D245-23 du code de l’action sociale et des familles indique que doivent être considérées comme charges exceptionnels « les dépenses ponctuelles liées au handicap et n’ouvrant pas droit à une prise en charge au titre des autres éléments de la prestation de compensation ». Le montant total attribuable est égal à 1800 euros pour les charges exceptionnelles pour toute période de 3 ans. Une demande peut être effectuée en ce sens, au regard de la situation de la personne et de l’absence de choix en raison de son handicap mais l’issue d’une telle demande reste incertaine ».

Écrit par : Groupe accès aux droits | 17/10/2012

Cela prouve encore une fois la fragilité de notre système social. Une personne qui fait appel à une auxiliaire de vie est supposée être une personne privée de certaines de ses capacités, voire l'intégralité. Autrement dit, elle ne travaille plus normalement et ne reçoit plus de salaire comme tout le monde. Pour employer une auxiliaire de vie, qui est chargée lui alléger un peu la tâche, il lui faut encore payer des surcoûts. Là c'est vraiment injuste !

Écrit par : monte escalier | 30/10/2012

Les commentaires sont fermés.