28/06/2012

Projet de changement de tarification des soins à domicile : maintenir la qualité pour l'usager

"« Je bénéficie d’un service d’aides-soignants qui interviennent à mon domicile de 8h à 8h45 tous les matins. Le service rendu est le lever, la toilette, l’habillage et la mise en fauteuil.
Les professionnels ont évoqué les difficultés financières de la structure et ils m’ont alerté sur la nouvelle tarification qui s’appliquera au 15 septembre 2012. Jusqu’ici, la structure recevait de la Sécurité sociale une enveloppe globale correspondant aux soins prescrits aux personnes prises en charge. Au 15 septembre, la Sécurité sociale financera la structure par un tarif à l’acte. La conséquence serait que les soins peu importants ne seraient plus pris en charge par la structure car peu rémunérateurs. En plus, les soins devront être pratiqués plus rapidement et le temps consacré à la surveillance des « bobos » corporels ne pourra plus être aussi bien faits. Les responsables de structure auraient dit à leur personnel qu’ils n’auront plus le temps pour discuter avec les personnes prises en charge.
Je veux alerter sur les conséquences de ce changement de tarification. Si les structures sont mises en difficulté financière, c’est nous qui ont supporterons les conséquences : le personnel motivé risque de démissionner, l’intervention sera de plus en plus « robotisée ». Je compte sur ma structure pour trouver une organisation qui ne détériore pas la qualité du service dont elle est garante. »
"

09:58 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | Pin it! | | |

Aide accordée : aucun versement effectué 9 mois après !

"Ma fille IMC en fauteuil est partie en vacances au mois d'août 2011 avec APF Evasion et nous avions demandé une PCH pour le reste à payer. Après l'accusé de réception assez rapide de la MDPH, plus de nouvelles ! Et j'ai effectivement réalisé que nous n'avions reçu aucune nouvelle qu'en janvier de cette année. J'ai donc relancé la MDR de St Priest, habituellement efficace avec une employée très sympa qui a reconnu que rien n'avait été fait ! Seulement à ce jour, 22 mai, nous n'avons toujours pas le virement malgré les envois officiels de la MDPH accordant 870 € de PCH. Renseignements pris de nouveau à la MDR le dossier n'est encore pas à la comptabilité du CG...qu'elle va relancer !
Preuve est donc faite, s'il le fallait encore !, qu'il n'y a aucun suivi des dossiers et qu'il ne faut pas avoir besoin d'argent !"

Scolarisation : quand la MDPH et l'Inspection d'académie se renvoient la balle

"J'accompagne, au titre d'une association de personnes handicapées, une mère de famille, dans ses démarches pour scolariser son fils de 13 ans, porteur de handicap moteur avec troubles cognitifs et dyspraxiques.
Cette maman a les pires difficultés pour scolariser son fils. Après avoir été orienté, par défaut ( faute de place en établissements) en ULIS pour troubles moteurs, il a été déscolarisé au bout d'un an car jugé inapte en ULIS vu son faible niveau scolaire. Sur la pression de la mère qui a alerté des élus de sa commune et aussi écrit à l'Inspecteur d'Académie et à la MDPH, son fils a de nouveau réintégré l'ULIS fin décembre 2011, au grand dam de la principale et de l'enseignante du collège ! Depuis, les PPS se succèdent pour trouver une autre solution que l'ULIS TM, qui ne veut pas garder le jeune ( l'inspectrice spécialisée refuse aussi l'orientation ULIS). En attendant, aucune solution n'est trouvée et le jeune risque de nouveau d'être déscolarisé ! Et l'Inspection et la MDPH se renvoient la balle !"